Bêcher ou ameublir ? Choix des outils et techniques

Vous êtes ici

Bêcher ou ameublir ? Choix des outils et techniques

Faut-il ameublir le sol du potager ? Profondément ou superficiellement ? Avec retournement ou sans retournement ? Le débat fait rage… Essayons d’y voir plus clair… 

La plupart des plantes ne peuvent pas se développer dans un sol tassé. Elles ont besoin d’une terre meuble et aérée pour s’implanter et se développer. L’ameublissement du sol est donc nécessaire, mais l’intervention doit être respectueuse car le sol est un véritable écosystème vivant.

 

De plus, elle doit être adaptée à la nature du sol qui détermine quand et comment intervenir.  

  • En terre argileuse, ameublissez profondément en fin d’automne ou début d’hiver pour assurer un bon drainage et exposer le sol aux alternances de gel-dégel et d’humectation-dessiccation, afin d’obtenir facilement une terre fine et grumeleuse en sortie d’hiver.  
  • En terre limoneuse, sensible à la battance et à l’asphyxie, travaillez peu profondément et pas trop finement, seulement au printemps, juste avant la mise en culture, pour éviter tout risque de reprise en masse.  
  • Enfin, en terre sableuse ou humifère, naturellement aérée, un léger ameublissement de surface juste avant les plantations suffit.  

 

Pour un ameublissement de surface en terre légère, utilisez la griffe ou le cultivateur. Pour un ameublissement en terre lourde, employez la bêche, le louchet ou la fourche bêche si vous souhaitez retournez la terre. Par contre, si vous préférez ameublir profondément sans retourner la terre, munissez-vous d’une grelinette ou de ses diverses variantes : Actibêche, Biobêche, Biogrif, Biofourche, Guérilu…

 

Enfin, pour une intervention raisonnée, sachez que le bêchage classique avec retournement permet d’aérer et de décompacter les sols les plus lourds. Il permet aussi d’exposer au gel et aux oiseaux, les graines d’adventices, les limaces et les larves ou œufs de parasites et d’enfouir proprement et facilement les résidus de culture, les engrais verts, les amendements et les adventices. Par contre, il laisse le sol nu, plus sensible à l’érosion et à la reprise en masse et par inversion des couches, il risque de perturber l’écosystème du sol.  

 

Alors à vos bêches, griffes et grelinettes… 

Partager

Twitter icon
Facebook icon
LinkedIn icon
e-mail icon




En cours de chargement