L’épinard, une réputation de fer…

Vous êtes ici

L’épinard, une réputation de fer…

L'épinard, une réputation de fer

Originaire de Perse, l’épinard est cultivé en Europe depuis le moyen-âge. Quant à sa richesse en fer, il s’agit là d’une idée reçue tenace, suite à une erreur de virgule lorsqu’en 1890 un chercheur en a établi la composition chimique ! 

 

Plante potagère exigeante de la famille des chénopodiacées, l’épinard se cultive comme une annuelle (semis de printemps) ou une bisannuelle (semis d’automne) et de préférence en climat tempéré. Quant au sol, il doit être à la fois frais et profond, tout en étant léger et bien drainé et de préférence riche en humus et en calcium (pH >6.5). Pour une récolte prolongée d’automne-hiver (octobre à mars), semez 2 fois en septembre à 20 jours d’intervalle, en terre profondément ameublie et enrichie de 2 à 3 kg / m² de compost de fumier bien mûr. Disposez 50 graines par mètre linéaire en sillons espacés de 35 cm et profonds de 2 cm. Puis éclaircissez à 10 cm au stade 3 à 4 feuilles pour obtenir 25 à 30 plants par m². 

 

Si le semis vous décourage, repiquez 15 à 20 mottes /m² de jeunes plants disponibles à la vente en jardinerie. Bassinez très régulièrement le semis ou la plantation, puis réalisez 2 à 3 binages dans le mois qui suit l’installation de la culture avant que le feuillage ne couvre le sol et surveillez attentivement limaces et gastéropodes.

  

Enfin, bien que résistant au gel (-5 à -7°C), l’épinard cesse de se développer en dessous de +5°C. Donc, pour récolter plus tard en début d’hiver et plus tôt en sortie d’hiver, couvrez vos épinards d’un voile d’hivernage ou abritez-les sous un mini tunnel. 

 

Alors à vos semis pour de petits plats à la Florentine… 

 

Partager

Twitter icon
Facebook icon
LinkedIn icon
e-mail icon




En cours de chargement