Cookie Consent by Privacy Policies Generator website

Le bout du tunnel des derniers frimas…

Vous êtes ici

Le bout du tunnel des derniers frimas…

Le tunnel, un abri économique et efficace pour se prémunir des petits coups de froid printaniers. Il vous rendra aussi de précieux services une grande partie de l’année.

Bien qu’un petit tunnel ne puisse remplacer une serre, cet équipement simple et léger peut accomplir toutefois de grandes prouesses ! D’une part, il crée un microclimat tempéré, d’une relative douceur, permettant le forçage des cultures hâtives (radis, laitues, carottes…) pour en avancer la récolte de 2 à 4 semaines selon les situations. D’autre part, il permet de protéger provisoirement les légumes gélifs (pommes de terre, tomates, melons…) en cas de coup de froid tardif pour ne pas risquer de voir ces cultures détruites par le gel. Ces légumes frileux pourront aussi être plantés 8 à 15 jours plus tôt et protégés temporairement pour une récolte un peu plus hâtive. Enfin, à l’automne, le tunnel joue les prolongations en rallongeant la durée de récolte d’un mois au-delà de la limite imposée par la culture en plein air (haricots, laitues, chicorées, basilic…) et protège aussi des intempéries les cultures d’hiver (épinards, mâche…).

Il existe deux types de petits tunnels : tout d’abord, le tunnel de culture en kit, constitué de modules en plastique rigide fixés au sol par des sardines et juxtaposables à la demande. Ces modules sont munis d’un système d’aération et d’arrosage intégrés mais sont onéreux si l’on souhaite couvrir de grandes surfaces. Ensuite, le tunnel souple (encore appelé « chenille nantaise »), très économique, constitué d’une série d’arceaux à planter dans le sol sur lesquels est tendu un fil plastique, maintenu par une seconde série d’arceaux posés par-dessus ou par un système de ficelles. Choisissez de préférence un film plastique en PVC, plutôt qu’en PE pour un meilleur effet de serre.

Enfin, quel que soit le modèle, soyez vigilant sur l’arrosage et l’aération : malgré la forte condensation et en dépit de l’atmosphère humide sous le tunnel, l’arrosage est obligatoire et doit être régulier. D’autre part, à cause du volume d’air restreint, la montée en température peut être rapide et excessive. Par temps ensoleillé, l’aération est vitale et doit être quotidienne, de la fin de matinée jusqu’en milieu d’après-midi.

Alors à vos tunnels, chenilles, arceaux et sardines !

Partager

Twitter icon
Facebook icon
LinkedIn icon
e-mail icon




En cours de chargement