Cookie Consent by Privacy Policies Generator website

Recyclez l’eau pour mieux arroser

Vous êtes ici

Recyclez l’eau pour mieux arroser

Recyclage de l'eau

Au potager, point de salut sans arrosage ! Même s’il existe de nombreuses techniques à mettre en œuvre pour limiter les besoins en eau (paillages, binages, semis direct en place sans repiquage…), les plantes potagères restent tout de même les plus assoiffées du jardin. Alors, pour éviter une implosion de la facture d’eau, récupérez l’eau de pluie.

 

Economies et écologie

Pour un petit potager, la récupération systématique de l’eau de pluie peut permettre de ne plus utiliser du tout l’eau d’adduction. Pour un jardin un peu plus grand, la récupération limite le recours à l’eau du réseau et préserve donc les nappes phréatiques qui alimentent nos réseaux. Par ailleurs, la technique permet de réaliser de substantielles économies moyennant un minimum d’investissement au départ.

Collecter et stocker l’eau

Raccordé aux descentes de gouttières, le récupérateur peut collecter les eaux de pluie de n’importe quelle toiture, qu’il s’agisse de la maison, du garage, de l’abri de jardin ou même du poulailler ou du poolhouse ! La pose d’un récupérateur requiert juste un sol plat et stable capable de supporter le poids en charge du récupérateur qui peut collecter de 60 à 80 % de la pluviométrie.

Le bon modèle

De nombreux modèles existent, du simple fût de récupération jusqu’à la méga cuve enterrée, en passant par divers modèles de cuves aériennes plus ou moins décoratives. Faites votre choix selon votre budget disponible, la quantité d’eau que vous souhaitez collecter, la place disponible et l’esthétique recherchée. La manière la plus simple consiste à placer un fût ou un tonneau sous la descente de gouttière. Ce dispositif basique et économique oblige à puiser l’eau par le haut avec l’arrosoir, ne permet pas de maintenir l’eau propre et entraîne des pertes (débordements, évaporation…). Pour un investissement modéré, des cuves extérieures de 300 à 1000 L sont spécialement conçues pour cet usage, équipées d’un système de trop plein anti-débordement, d’un couvercle, d’un filtre à l’entrée et d’un robinet de vidange en partie basse. Enfin, avec un budget conséquent, des installations enterrées et performantes existent ; elles sont équipées de pompes et peuvent permettre d’être totalement autonomes pour l’arrosage.

Quelle contenance ?

Songez à toujours surdimensionner la capacité de vos réservoirs. En effet, l’objectif est de stocker un maximum d’eau afin de faire face à de courtes périodes de sécheresse et aux pluviométries irrégulières. Pour avoir une idée concernant la quantité d’eau récupérable en litre par an, faites une multiplication : surface de votre toiture (en m²) x précipitations moyennes annuelles (en mm ou L/m²) x coefficient de perte (0.60 pour une toiture plate et 0.80 pour un toit pentu).

 

En conclusion, faites la part belle à l’eau du ciel. En effet, celle-ci n’a que des avantages ! En plus d’être gratuite, elle est bien meilleure pour l’arrosage ! Légèrement acide, ce qui est préférable, elle est non chlorée, bien aérée et toujours à température ambiante. De plus, son utilisation permet de préserver et de ménager les ressources du réseau.

Partager

Twitter icon
Facebook icon
LinkedIn icon
e-mail icon




En cours de chargement